Eglise Notre-Dame, Royan (17)


Intérieur de l'église (photo CRMH)[D]
Intérieur de l'église (photo CRMH)

L'église Notre-dame de Royan s'élève selon un plan elliptique sur une parcelle en losange irrégulier. De cette disposition découlent les principes constructifs conçus avec l'ingénieur B. Laffaille puis R. Sarger. L'édifice fait 35 m sous voûte avec un clocher de 56 m. Le parti architectural audacieux s'inspire des innovations techniques datant de 1955 de Sarger.
La couverture se compose d'un voile en béton armé de 8 centimètres en forme de « selle de cheval ». Celui-ci est tendu par deux arcs paraboliques affrontés, formant anneau de stabilité. Cette même couverture est supportée par des piliers en V verticaux, selon un système utilisé précédemment dans les rotondes de la SNCF. Les vitraux de l'église sont de Claude Idoux et de H. et J.-B. Martin-Granel.
Le projet était à l'origine plus ambitieux mais les dommages de guerres n'y suffisaient pas. L'édifice n'a jamais été totalement achevé, notamment, il n'a pas reçu de protection extérieure du béton. Les joints de coulée ont manqué rapidement d'étanchéité. Le béton, en éclatant aux arêtes surtout, a mis à nu l'armature métallique ainsi soumise à la corrosion des vents salins.
La mise en oeuvre trop rapide et la recherche de l'économie a entraîné une rapide dégradation du béton. Après son classement, le 10 février 1988, le clocher puis le beffroi ont été restaurés de 1994 à 1996. En 1999 les travaux sur les vitraux sont achevés tandis que les restaurations des voiles de béton se poursuivaient.


Drac de Poitou-Charentes